fourchettes et cryptomonnaies

Qu'est-ce qu'un "fork" en crypto-monnaie ?

Le « fork » en crypto-monnaie : de quoi s’agit-il exactement ?

En matière de crypto-monnaies, on entend souvent parler de « fork ». Mais qu’est-ce qu’un fork dans le monde des crypto-monnaies et comment affecte-t-il les actifs numériques ? Dans cet article, nous allons définir ce phénomène assez courant et vous expliquer son impact sur la blockchain et votre investissement.

Comprendre la notion de « fork » en crypto-monnaies

Dans le domaine des monnaies virtuelles, un fork est une modification du protocole utilisé pour maintenir et vérifier les transactions effectuées sur une blockchain. Il peut être réalisé par les développeurs ou les membres d’une communauté qui ont apporté des modifications au code source de la blockchain.

A lire aussi : Directive DCA8 et ses impacts sur la cryptomonnaie

Les forks sont généralement créés pour remédier à certaines faiblesses d’une blockchain, améliorer son fonctionnement ou ajouter de nouvelles fonctionnalités. Pourtant, il faut noter que certains forks peuvent être controversés ou entraîner des divisions, engendrant ainsi la création de deux blockchains parallèles avec des jetons séparés.

Différents types de forks en crypto-monnaie

On distingue ainsi deux principaux types de forks :

Lire également : Vos transactions en Bitcoin et cryptos seront désormais sous la loupe de l'administration fiscale

  1. Le soft fork : Il s’agit d’une mise à jour compatible avec les règles établies par la blockchain existante. Cela signifie que les blockchains modifiées et non modifiées peuvent coexister sans problème. Les soft forks peuvent être rendus permanents ou peuvent rester temporaires.
  2. Le hard fork : Contrairement au soft fork, un hard fork est une mise à jour qui n’est pas compatible avec les règles définies par l’ancienne blockchain, rendant ainsi la coexistence des deux chaînes impossible. En conséquence, une nouvelle blockchain indépendante est créée et les anciens détenteurs de jetons reçoivent généralement les nouveaux jetons associés à cette nouvelle chaîne.

Les raisons qui peuvent pousser à un fork en crypto-monnaie

Comme mentionné précédemment, le fork peut être réalisé pour différentes raisons :

  • Améliorer les performances d’une blockchain, notamment en termes de rapidité de validation des transactions ou de vitesse de minage des blocs;
  • Résoudre des problèmes de sécurité découverts sur une blockchain;
  • Mettre en œuvre de nouvelles fonctionnalités qui nécessitent de modifier le code source;
  • Faire face à un désaccord ou une division au sein de la communauté d’utilisateurs ou de développeurs;
  • Créer une nouvelle monnaie basée sur le projet existant.

Comment réagissent les utilisateurs à un fork ?

Face à un fork, chaque utilisateur de la monnaie concernée doit décider s’il souhaite continuer à utiliser l’ancienne blockchain, migrer vers la nouvelle, ou encore conserver et utiliser les deux versions en parallèle. Pour faire un choix éclairé, il est important d’être conscient des risques associés à un fork :

  • La création de deux blockchains distinctes peut entraîner une concurrence entre les deux chaînes et nuire à leur adoption par les utilisateurs;
  • Les détenteurs de jetons peuvent voir la valeur de leurs actifs fluctuer significativement en fonction de l’issue du fork;
  • Le risque de scission au sein de la communauté augmente avec le nombre de forks et peut compromettre l’évolution d’une monnaie;
  • Certains forks peuvent ne pas réussir et entraîner une perte importante pour ceux qui ont choisi de soutenir la nouvelle blockchain.

Forks célèbres dans l’histoire des crypto-monnaies

Pour illustrer l’impact d’un fork sur le monde des crypto-monnaies, voici quelques exemples de forks majeurs qui ont marqué cette industrie :

  1. Bitcoin Cash (BCH) : Né en août 2017 d’un hard fork de Bitcoin, ce dernier visait à augmenter la taille des blocs passant de 1Mo à 8 Mo puis 32 Mo, afin d’améliorer la vitesse des transactions et réduire les frais associés.
  2. Ethereum Classic (ETC) : Suite à un piratage ayant entraîné la perte de millions de dollars en Ether (ETH), la communauté Ethereum s’est divisée en deux, donnant naissance à Ethereum Classic (ETC) lors d’un hard fork survenu en juillet 2016.
  3. EOS : En juin 2018, le projet EOS.IO a réalisé un hard fork pour passer de la blockchain Ethereum à sa propre blockchain. Les détenteurs de jetons ERC-20 EOS ont alors reçu des jetons EOS natifs en échange.

Conclusion partielle : forks et crypto-monnaies, une réalité incontournable

Pour conclure provisoirement, les forks sont des événements courants dans le monde des crypto-monnaies et leur compréhension est importante pour les investisseurs et les utilisateurs. Ils permettent d’ajouter des fonctionnalités importantes ou d’améliorer l’efficacité d’une blockchain, mais peuvent également engendrer des divisions au sein de la communauté, ainsi que des risques pour les détenteurs de jetons. Ainsi, les forks témoignent du caractère évolutif et parfois imprévisible des monnaies numériques.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *